06/04/2009

Rimbaud rampant

 

burroughs2
MOI
me faire traiter, c’est aimable. Merci de m’avoir fait remarquer. La marque irrémédiable. Merci de m’aimer. RIMBAUD RAMPANT, vous m’avez appelé, il fallait oser et puis merci quand même, merci de m’aimer. Rimbaud rampant traîne l’appât, s’entraîne lentement, s’étrenne au trépas, s’épand en un repas (jadis, si je me souviens bien, la vie était un festin) Rimbaud rampant, dérapant, s’éprenant, se méprenant, confus, pédant, indigeste, mourant, gisant. DRÔLE D’OISEAU, balle à blanc, pieds ailés, geôle de MUSEE, génie usé, muses rusées, Rimbaud rampant muselé. Rampant l’insomnie, déroulant le tapis noir, drapeau blanc en berne également, Rimbaud rampant pas beaucoup d’âme, des fusils par bateau, des canons, des courants dans les voyelles. Des cigarettes de contrebande, des voilettes de sarabandes liturgiques, des toilettes de mécréants malades (qui ont vu quelques fois) par des infirmières CATHOLIQUES (ce que l’homme a cru voir), des hôpitaux inhospitaliers, en enfer, tout autant, des amputations, des ambulanciers, des brancards, des cocard, DES CAMES. Rimbaud rampant, des soupirs, des amours usées, des vampires, des oreillers de chair, des rêves surannés. La mer s’abîme elle-même, le silence raisonne suprême, la terre sidérée sous nos pieds nous sème. VOIR (SE) des têtes éclatées, des soleils tournoyer, des lumières dilatées, des hivers longs comme l’été, des silences dynamités. Rimbaud rampant. L’éternité pour y PENSER.

17:09 Écrit par Lucas Violin dans La Prose du Monde | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

J'aime!

Écrit par : éric | 06/04/2009

une réaction
une secousse
un ébranlement
c'est ça l'amitié
c'est ça l'amour et j'assume en signant

Écrit par : dom | 24/04/2009

Les commentaires sont fermés.