14/03/2007

Les suites de mes blessures

blessures

Récapitulatif, décapitation. Instable à genoux, récalcitrant obscur. Dévergondé sournois, rutilant et procédurier, commentateur impudique de son intime notoriété, comptable de ses jours noirs. Là ça y est : je n’en peux plus. J’en peux plus qu’on me gâche la vie, la journée, mon soleil, chaque ligne à force d’amours manquées. Rebus du genre, de mon genre. De mon genre mâle énamouré. Inadapté. Malheureux. D’amours gâchées en remous de passions inassumées. Malheureux, je vous dis, comme une pierre. Malheureux mais au soleil, un livre à la main, une plume, un papier chiffonné. Peu dans le portefeuille, beaucoup sous le coude. Malheureux au soleil, aux terrasses des cafés. Malheureux, c’est insensé, à n’y rien comprendre, rien entendre. On se passerait de le lire, on se refuserait à l’écouter. Les suites de mes blessures, de celles que vous m’infligez, c’est que je n’en peux plus de me laisser gagner par vous. Où danse l’hiver ? Qui branle l’été en janvier ? Pourquoi l’automne me fatigue ? Pour quand le printemps au gibet ? Qui décevra le temps avant moi, pour me passer l’envie ? Pas si grave si demain au matin mon âme a quitté le lit. Il n’y a plus de plaisir que du temps perdu à le regarder passer sans avoir pu lui donner un ton, un sens, ton sourire.  Le sourire c’est pas souvent si l’on en croit tes yeux pénitents. Pas souvent mais très beau. Il faut descendre en marche et remercier ses parents de la promenade. Il n’est de colère qui résiste à cette femme. Qui décevra l’Histoire, toi ou moi ? Mes mots vains ou ton silence éloquent ? « On verra bien », elle a dit avant de raccrocher, comme un poing dans la gueule. Moi aussi je raccroche. Fini les gants.

21:55 Écrit par Lucas Violin dans La Prose du Monde | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Je me suis pris à te lire. Et j'apprécie beaucoup, vraiment... Tu es donc rentré dans mes liens personnels, et bloggés !
Une vrai force, mais des blessures sous la plume. J'aime beaucoup.

Écrit par : Serge | 15/03/2007

bonjour c'esttres beau ceque vous ecrivez...qui nous aimera comme on le desire?

BIZ

Écrit par : sandy | 20/03/2008

Les commentaires sont fermés.