25/02/2007

Pourvu que je dorme

pourvuque

Il y a un chien à Tirana qui cligne de l’œil, une pute à Buenos-Aires qui me dit je t’aime, un petit mendient Tiruchirapali qui me regarde envieux, une femme amoureuse à Genève qui rit sans cesse, une autre à Trieste qui veut faire une promenade dans le Karst sur une 500 Kawazaki, une secte d’Américains hilares sur un bateau au milieu du lac Nasser, une folle à Central Park New-York qui ressemble à ma mère, un ahuri québécois qui veut flexer quelque chose, un français à Bruxelles dont le roman ne se lit pas, une veuve imbécile à Pise qui veut redresser une Tour, un soldat mourant au Cap Horn qui respire largement et un aréopage de lectrices de Eric Sœur Emmanulle Schmmitch qui me demandent si c’est bien trois euros nonante cinq centimes pour se ruiner l’âme à H***, capitale Mondiale de la Béotie. Tous ces gens qui m’empêchent de dormir. Je voudrais être au Pérou, Outsiplou, Pétaoucnok, Lilliput, Utopia, Nullepartland, Kosekin, Brissonte,… je voudrais être dans l’œil d’un champignon atomique. Pourvu que je dorme.

01:48 Écrit par Lucas Violin dans Gueuloir | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

Tant qu'ils ne font pas semblant de ne pas t'entendre, tu peux dormir.

Tu m'envois les dossiers?

Écrit par : barbara | 27/02/2007

Encore un foooort beau texte de mon ami! Je l'ai même relu deux fois, t'imagines!?! Dingue.

J'aime beaucoup.

Il faudrait mettre ça en musique... ;)

Écrit par : Monsieur Vernon | 01/03/2007

J'ai été témoin, bien malgré moi, d'une discussion entre notre très chère maman et Alain au sujet de ta soudaine lubie. "Une moto? Où est-il encore allé nous chercher ça?!?" Bonne chance pour la suite sache que je te soutiens entièrement sur ce coup-là ^^

Écrit par : eLiSe | 07/03/2007

cauchemar il y a un regard de glace qui transperce, il y a un pimp blond crollé dans un grand lit d'hotel Hollandais, il y a des mains sur le dos
à peine ivre. pourvu que je me réveille.

Écrit par : pianocktail | 14/12/2007

c pa dutou ce ke je cherche

Écrit par : ... | 01/06/2008

Les commentaires sont fermés.