10/08/2006

Tour du Monde de la poésie [1]. Luis Cernuda

 

« Il ne disait mot

Il approchait solitaire d’un corps qui interrogeait

Ignorant que le désir est une interrogation

Dont la réponse n’existe pas,

Une feuille dont la branche n’existe pas,

Un monde dont le ciel n’existe pas.

 

L’angoisse se fraye un passage entre les os

Remonte par les veines

Et vient éclore dans la peau,

Jaillissement de rêves faits chair

Interrogeant à nouveau les nuages.

 

Un frôlement qui passe,

Un regard fugace entre les ombres,

Suffisent pour que le corps s’ouvre en deux

Avide de recevoir en lui-même

Un autre corps qui rêve ;

Demi et demi, songe et songe, chair et chair,

Egales en forme, en amour, en désir.

 

Même si ce  n’est qu’un espoir

Car le désir est une question dont nul ne sait la réponse. »

 

Luis Cernuda traduit par Jean-Clarence Lambert.

in Langue étrangère, La Différence, Mobile Matière, Paris, 1989.  

14:14 Écrit par Lucas Violin dans Tour du Monde de la Poésie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

oui l'amour c'est simple, facile...l le désir mystérieux, inexplicable, torturant ; mais essentiel
"un peu de désir, sinon je meurs"

Écrit par : la discrète | 14/08/2006

Les commentaires sont fermés.